Partir skier/rider en Nouvelle Zelande

Retour aux infos pratiques

Partir skier/rider en Nouvelle Zelande

 

« La légende veut qu’après avoir achevé son ouvrage, Dieu décida de créer à son usage personnel un petit paradis rassemblant toutes les merveilles de la planète. Une fois chassés les serpents et les mammifères indésirables, il posa la Nouvelle-Zélande au milieu de l’Océan. »*

Ce que la légende ne précise pas, c’est que ce pays est aussi un véritable sanctuaire pour les amateurs d’activités outdoor en général et les sports d’hiver en particulier. De la pente, des couloirs, et une belle vue sur l’Océan Pacifique ou sur des lacs, voila tout ce qui fait le charme des domaines skiables néo-zélandais. Ajoutez à cela un peuple d’une incroyable gentillesse, toujours prêt à aider son prochain et qui a un sens de l’accueil hors du commun… et vous voilà au Paradis !

Plus connue pour ses guerriers maoris et sa laine mérinos, cette terre d’aventure est aussi celle de Sir Edmund Hillary, le premier homme à avoir atteint le toit du monde avec son Sherpa Tenzing Norgay, en 1953. La montagne fait donc ici partie de la culture. Mais ne vous attendez pas à trouver des infrastructures pour le tourisme de masse. On accède aux stations par des pistes de cailloux et les hôtels au pied des remontées mécaniques sont rares. A propos, il va falloir vous familiariser avec des engins de malheur : le nutcracker et les rope-tows…
* Extrait de Nouvelle Zélande – Bibliothèque du voyageur, Ed. Gallimard, 2005

 

Voici nos 13 clés pour préparer votre voyage au pays du Long Nuage Blanc :

Comment y aller

 
En avion, comptez entre 850 et 2500 Euros aller – retour, selon la saison, depuis la France.Qantas
www.qantas.com.au
Les billets coûtent moins cher si on réserve par Internet !

 

Formalités

 

Pour entrer en Nouvelle-Zélande, il faut nécessairement un passeport en cours de validité (et valable 6 mois après la sortie du territoire). Il n’est pas nécessaire de se munir d’un permis de conduire international, un permis national suffit.

Depuis quelques années, des restrictions importantes ont été appliquées quant au contenu des bagages. Vérifiez donc que vous n’apportez aucun produit d’origine organique (aliment, animaux, bois, terre sous les chaussures, etc.). Les autorités locales procèdent à de nombreux contrôles et les amendes sont élevées.

Heure

 
Lorsque c’est l’été en France, il y a 10 heures de plus à Christchurch qu’à Paris.

Langue

 
La langue officielle est l’Anglais et le Maori.

Religion

 
On trouve plus de 230 religions en Nouvelle-Zélande ! Mais comme dans la majorité des pays développés, la pratique de celles-ci est en déclin. L’anglicanisme reste prédominant (24 % de la population), tandis que l’hindouisme et le bouddhisme sont en augmentation constante. Un tiers de la population affirme tout de même n’appartenir à aucune confession.

Electricité

 
La tension est de 230 volts pour une fréquence de 50 Hz. Un adaptateur est nécessaire (2 branches plates et inclinées).

Santé

 
Il n’y a pas de risque sanitaire majeur en Nouvelle-Zélande si l’on respecte les précautions d’usage et les règles d’hygiènes traditionnelles. Aucune vaccination n’est demandée pour entrer dans le pays, mais il est recommandé de mettre à jour ses vaccins, notamment si votre vol fait escale en Indonésie ou dans un pays asiatique. Si vous apportez des médicaments, pensez à vous munir d’une ordonnance pour prouver que ceux-ci vous sont légalement prescrits.

Manger

 
La Nouvelle-Zélande n’est pas réputée pour la finesse ou l’originalité de sa cuisine. Cela dit, depuis quelques années, les restaurateurs ont fait des progrès. On trouve donc de plus en plus d’établissements « nouvelle cuisine » proposant des mets raffinés. Ceux-ci sont souvent le résultat d’influences asiatiques et européennes. Bien qu’on soit sur une île, les produits de la mer sont peu répandus. A l’exception du « Fish & Chips », véritable institution nationale, qu’on trouve partout pour une poignée de dollars. Les fruits et légumes néo-zélandais sont toujours de très bonne qualité et bien présentés dans les supermarchés ou sur le bord de la route. Quant au dessert, c’est le pavlova qui remporte tous les suffrages. L’Australie et la Nouvelle-Zélande se disputent son invention. La seule chose certaine, c’est que le nom de ce fabuleux dessert fait de meringue, de crème et de fruits est un hommage à la danseuse étoile russe Anna Pavlova. Enfin, pour le goûter, les kiwis raffolent des « afghans », sorte de biscuits au chocolat très sucrés et qui collent aux dents.
 

Dormir

 
La Nouvelle Zélande propose de nombreux hébergements accessibles à toutes les bourses. Très propres, les campings/caravanings sont ouverts même en hiver et offrent un très bon rapport qualité/prix. Il en va de même pour les nombreuses auberges de jeunesse, que l’on trouve autant en ville qu’en dehors. Pour ceux qui ont plus de moyens, les beds & breakfast sont aussi répandus. L’accueil y est toujours excellent, tout comme la propreté et le confort. Enfin, les grandes chaînes internationales d’hôtels et de motels ont aussi des établissements dans tout le pays.

Se déplacer

 
La voiture ou, plus original, le camping-car, sont sans aucun doute les modes de transport qui offrent le plus de liberté en Nouvelle-Zélande. Toutefois, l’influence britannique se fait particulièrement sentir dans ce domaine, puisque la conduite se fait à gauche ! La vitesse est limitée à 100 km/h sur les routes et les autoroutes, et à 50 km/h en ville. Certaines routes (notamment celles qui passent sur des plages) ne peuvent pas être empruntées par les véhicules de location, alors renseignez-vous bien auprès de votre agence avant de vous y engager. Si vous restez pour une période supérieure à un mois, acheter un véhicule revient moins cher qu’une location ! C’est très commun et on trouve des annonces partout dans les auberges de jeunesse, les cyber-cafés, ou encore dans les marchés aux voitures. Il est même possible de négocier une clause de rachat avec le vendeur, si celui-ci est un garage. Aussi incroyable que cela puisse paraître, il n’est pas obligatoire d’assurer son véhicule. Mais c’est vivement recommandé !

Pour passer d’une île à l’autre, il est possible de prendre l’avion. Mais c’est assez onéreux. Si vous avez le temps et/ou moins de sous, la traversée en ferry entre Wellington et Picton est sublime, notamment lorsqu’on est dans les Marlborough Sounds. Il n’existe qu’une seule compagnie, l’Interislandline, qui effectue 3 à 5 traversées par jour. Mieux vaut réserver bien à l’avance.

Pour plus d’informations, vous pouvez aussi vous rendre sur le site www.frogs-in-nz.com.

 

Coût de la vie et monnaie

 
La vie en Nouvelle-Zélande est beaucoup plus abordable qu’en Europe, surtout lorsqu’on vient pendant l’hiver austral (de juin à Octobre). Cela dit, les tarifs augmentent drastiquement dans les lieux touristiques (Wanaka, Queenstown, …) et à l’approche de la saison estivale.

Payer

 
Les cartes principales bancaires sont acceptées partout et on trouve des distributeurs facilement dans les grandes villes. Par contre, ceux-ci sont plus rares dans les campagnes, mieux vaut prévoir de garder un peu d’espèces si vous prévoyez de vous éloigner des sentiers battus.

Par ailleurs, la TVA et le service sont compris dans les tarifs affichés. Vous n’êtes donc pas tenu de laisser un pourboire.

Savoir-vivre et coutumes

 
Pour éviter les impairs, sachez que les kiwis se sont auto surnommés en référence à l’oiseau du même nom et non pas au fruit à chair verte, appelé « Kiwi fruit ».

La grande propreté des rues néo-zélandaises vous étonnera sûrement. Mais plus surprenant encore, ce sont les gens (le plus souvent des jeunes) qui marchent pieds nus, été comme hiver, aussi bien dans les centres commerciaux que dans la rue.

N’oubliez pas de préserver l’héritage culturel de la Nouvelle-Zélande. De nombreux lieux ont une signification spirituelle et historique. Traitez-les avec considération et respect.

Enfin, il est interdit de fumer dans les lieux publics (restaurants, galeries commerçantes, train, etc.).