La Suède à 47°

Le 16 avril, nous faisons route jusqu’à Idre Fjäll, ce qui n’est pas sans nous rappeler notre expérience de la Transcanadienne : toujours tout droit, en moyenne pas plus de deux virages tous les 100 km, des sapins, des sapins et… encore des sapins.

Le matin suivant, Frederik, le Directeur de l’Ecole de ski, et l’un de ses collègues nous attendent dans le hall de notre hôtel : « ça vous tente une balade en skidoo dans le parc national ? » La réponse fuse : « Yeah !! » Ces engins rutilants ont beau polluer l’air et les oreilles de la faune locale – les notre aussi d’ailleurs ! – il faut bien l’avouer, nous ne boudons pas notre plaisir. Débordant d’énergie, Frederik nous entraîne ensuite dans une visite du domaine skiable pleine de rebondissements et de sensations. Il nous fait notamment goûter à « The Shock » (en anglais dans le texte), la piste où se déroulent les compétitions nationales de K.L.* L’inclinaison maximale est de 47° sur une section assez importante. C’est particulièrement impressionnant vu du départ, mais une fois qu’on est dans le mur et qu’on a réussi à replaquer les spatules dans la pente, ça va mieux. Il faut dire que le travail de préparation de la piste – plus lisse qu’une patinoire – facilite le passage. Cela dit, mieux vaut avoir bien digéré son déjeuner avant de s’engager…

Deux jours plus tard, nous découvrons les 4 domaines skiables de Sälen. Il neige à gros flocons et la visibilité n’est pas exceptionnelle. Nous décidons donc de nous concentrer sur les snowparks. Ceux-ci regorgent de big airs et de pipe bien shapés. Il y a aussi une collection de rails tout à fait originaux, dont un triple wave : on n’avait jamais vu ça auparavant !

Le 20 avril, nous faisons route vers Åre (prononcer « Oré »), en faisant un crochet par la station de Vemdalen. Åre a accueilli cet hiver les Championnats du Monde de ski alpin. Du coup, le téléphérique principal a eu droit à un « skinning » aux couleurs de l’événement, ce qui détonne un peu dans le cadre naturel… En outre, le tracé de nombreuses pistes a aussi été revu pour l’occasion, pour notre plus grand bonheur ! Le lendemain, Matthieu est trop fatigué pour m’accompagner visiter le domaine. Qu’à cela ne tienne, Anders, un local amoureux de sa station et un peu tête brûlée, me sert d’escorte. Naturellement, nous faisons un tour dans le snowpark. Les kids sont « chauds-bouillants » ! Et il vaut mieux l’être, car les kicks sont comparables à ce qu’on peut trouver dans le Colorado ou en Californie. C’est tout simplement GIGANTESQUE !

Le 22 avril : c’est Dimanche, alors nous prenons un « jour off » pour… bosser ! Et oui, notre guide des domaines skiables ne s’écrit pas tout seul, malheureusement ! Puis, nous reprenons la route en direction d’une station mythique : Riksgränsen. Les paysages sont baignés par cette lumière très blanche, mais en même temps si douce, typique de la Scandinavie. A l’arrivée, mauvaise nouvelle : c’est 200 Euros par personne non négociable pour une chambre avec lit superposé sans couverture, ni drap, mais avec une vue sur le superbe… camping municipal ! Il n’y a qu’un seul hôtel dans la station et manifestement celui-ci abuse de son monopole… Trevlig Vistelse !**

Riksgränsen est connu pour 3 raisons : tout d’abord, son ski de minuit. A cette latitude, quand le printemps est bien installé le soleil ne se couche pas et les remontées mécaniques restent ouvertes une bonne partie de la nuit. Ensuite, de nombreux riders professionnels, qui n’ont pas pu faire de belles images dans les Alpes au cœur de l’hiver, viennent ici aux mois de mai et juin pour « sauver leur saison ». Enfin, le domaine skiable regorge de spots magnifiques pour faire du ski héliporté. Bref, c’est un petit paradis dans le petit monde du ski… Nous passons donc la journée du 24 avril à nous balader sur le domaine. Vers 18h, nous sommes invités à une session informelle dans le snowpark avec quelques pro riders. C’est irréel, il fait un froid de canard, la neige est « bétonnée », mais le soleil brille bien haut dans le ciel…

* K.L. : Kilomètre Lancé. Cette discipline consiste à s’élancer tout droit sur une piste, afin de battre un record de vitesse. On peut le faire en ski, en snowboard, mais aussi en VTT, par exemple.
** Trevlig Vistelse ! : Passez un bon séjour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *