Serre Chevalier, au pays des Mélèzes !

La première tentative de visite de Serre Chevalier ayant tournée court en janvier pour cause de col du Lautaret et de Montgenèvre fermés, nous nous y retrouvons le 8 février. Cette fois, il y a de la neige fraîche (il en est tombé 90 cm toute la semaine) ET un magnifique soleil. Au programme, deux boardercross (dont un non officiel, dit « zone cachée »), un snowpark avec 3 niveaux de difficultés, une Mélèzone, un Arvapark et des zones « Brut de neige » disséminées sur l’ensemble du domaine skiable.

Rider dans la melezone

Nous commençons par le boardercross. Vu du TS, il a l’air magnifiquement shapé, mais une fois devant le portillon de départ, c’est fermé… Sans aucune explication. Un peu déçus, nous partons chercher la zone cachée, qui se trouve sur le secteur de Briançon. Ce boardercross est idéalement placé, mais là  encore fermé, sans plus d’explication. Nous enchaînons rapidement vers le snowpark. La zone est petite, mais les modules sont honorables et les shapes sont propres. Rien à  dire. Nous continuons alors vers la Mélèzone. L’entrée est prometteuse, avec son panneau tout en bois (admirablement réalisé à  la main par l’équipe de Jonathan, qui est aussi en charge du Snowpark). Par contre, nous ne savons absolument pas à  quoi nous attendre… En réalité, c’est une zone que l’on pourrait qualifier de multiglisses. Des sections avec des modules dans les arbres précèdent une section avec des bosses, suivie d’une zone avec des rails en mélèze (d’où le nom de la zone !) et un wall, puis une séquence de whoops terminent joliment l’ensemble de cette Mélèzone. C’est sympa, vraiment ludique, mais ça manque d’un panneau à  l’entrée pour dire ce que l’on va trouver et quel niveau technique minimum il faut avoir pour être sûr de s’amuser sans se blesser. (Nous apprendrons trois jours plus tard que des panneaux ont effectivement été commandés, ainsi qu’une exposition pédagogique sur le Mélèze, mais que la station ne les a toujours pas reçus…).

Après s’être malencontreusement égaré – ce qui nous a d’ailleurs permis de découvrir qu’il y avait un halfpipe sur le secteur de Villeneuve ! – nous retrouvons tous les globe-testeurs au Relais de Serre Ratier pour une pause déjeuner bien méritée.

Un petit briefing et c’est reparti. La Mélèzone méritait un deuxième passage, alors nous y retournons. Quelques sauts, une belle ratasse pour Matthieu et de franches rigolades plus tard, nous filons vers le secteur de Monêtier-les-Bains pour tester l’Arvapark, après avoir traversé tout le secteur de Villeneuve à  grande vitesse dans une neige douce comme de la Chantilly… Miam !

Recherche dans l'Arva Park

L’Arvapark de Serre Chevalier est de loin le meilleur qu’il nous a été donné de tester jusque là . Prêt d’Arva, recherche multi-victimes (5 au maximum), un bon mètre d’épaisseur de neige (au moins comme dans la réalité…) et sondage obligatoire pour arrêter le chrono ! Le constat est rude, sur les trois victimes à  trouver, il m’a fallut 13 minutes pour en « sauver » une. Quant à  mes deux compères de recherche, ils sont rentrés bredouilles… Moralité : s’entraîner dans son jardin sous 30cm de neige NE suffit PAS !

Pour le goûter, comme tout le monde a vraiment bien ridé (la zone cachée et les zones « Brut de neige » ont bien été trouvées !), c’est tournée générale de crêpes et de bolées de chocolat chaud !

Dans quelques jours nous serons au Grand Bornand et sur Paradiski. Keep in touch !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *